[Traduction Huffpost.com] « Colère aveugle : les handicapés sont encore hors-champ à Hollywood » par Michael Levin.

Demi-Moore-Alec-Baldwin-tournage+Blind+2017
Photo de tournage du film Blind (2017) de Michael Maller avec Alec Baldwin (au centre, manteau noir avec une canne blanche) et Demi Moore (à droite, long manteau beige à motifs floraux noirs). Un cameraman avec sa perche télescopique est à la toute gauche de l’écran. Source photo : © FameFlynet Pictures
michael-levin
Michael LEVIN Source photo : Prweb

Cet article est une traduction de l’article « Blind Rage: In Hollywood, The Real Disabled Are Still Out Of Sight » de Michael Levin, auteur à succès du New York Times et fondateur de BusinessGhost, publié initialement sur le site Huffingtonpost.com (cliquer pour lire l’article original en anglais). Merci infiniment à Michael de m’avoir autorisé à traduire son travail. 

This article is the translated version of New York Times bestselling author and BusinnessGhost‘s CEO Michael Levin‘s article ‘Blind Rage: In Hollywood, The Real Disabled Are Still Out Of Sight’, originally published at Huffingtonpost.com. Thank you so much Michael for permission to post this translation on my website.

Dans Blind, tout juste sorti cette semaine en salles (NdT ; aux USA; Sortie prochaine en France), Alec Baldwin joue un homme aveugle et c’est ce qui énerve ceux qui défendent les handicapés.

Jay-Ruderman-April-2014-II-credit-Noam-Galai-217x300
Jay Ruderman (Crédits photos : © Noam Galai)

Voilà ce qu’en dit Jay Ruderman, directeur général de la Ruderman Family Foundation qui soutient l’inclusion sociale des handicapés aux Etats-Unis :

« Je comprends que Baldwin soit la tête d’affiche mais pourquoi faire interpréter un homme aveugle par un acteur qui voit ? On ne verra jamais à l’écran un Afro-Américain joué par un type blanc maquillé en noir ou un latino par un indien d’Amérique. Donc, pourquoi les acteurs handicapés n’obtiennent pas ces rôles ? »

Les histoires sur les handicapés rapportent gros au box-office : ces vingts dernières années, plus de la moitié des acteurs oscarisés pour le Meilleur Acteur l’ont été pour des rôles de personnages handicapés.

Ruderman poursuit : « Hollywood répond qu’ils sont là pour faire de l’argent. Je comprends ça. Mais, n’est-il pas venu le temps de donner leur chance à des acteurs handicapés ? »

merlee-matlin-enfants-du-silence
Megan MATLIN dans Les Enfants du Silence (1987), un film de Randa Haines

Il prend comme exemple Marlee Matlin, une inconnue de 21 ans, qui a brillé dans Les Enfants du Silence (NdT : Children of a Lesser God en version originale).

« Qui dit que quelqu’un avec un handicap ne peut pas être au générique d’un film ? Les gens sont vraiment influencés par les divertissements. Des séries comme Ellen ou Will & Grace ont beaucoup changé le regard de la société américaine sur les homosexuels. Avec le handicap, ce n’est pas encore ça », rajoute Jay Ruderman.

Le philanthrope reprend : « Je n’ai vraiment rien contre Alec Baldwin. Je l’ai adoré comme tout le monde dans Saturday Night Live (NdT : une émission humoristique sur NBC avec des sketchs qui parodient la culture et la politique américaine). C’est un acteur extrêmement talentueux. Le problème, c’est que le rôle d’un homme aveugle devrait revenir à un acteur aveugle. Est-ce vraiment trop demander à Hollywood ? »

Jay Ruderman réalise que sa fondation et les campagnes de soutien d’autres associations pour l’inclusion vont surement aider ce film à attirer de l’audience, mais comme il le souligne :

« On n’y peut rien. Si vous attirez l’attention sur un problème, vous allez aussi le faire pour un film particulier qui parle de ce problème. Donc, à ce titre-là, nous aidons malgré nous un film qui n’a rien d’inclusif à vendre des billets… Peut-être que la prochaine fois, Hollywood pensera à faire bien les choses avec des acteurs handicapés. »

Ruderman ajoute que, parmi toutes les institutions américaines, Hollywood est peut-être la plus importante quand il s’agit de changer les esprits et les cœurs sur l’inclusion des handicapés. « Ce qui se passe dans telle industrie ne sort pratiquement pas de cette même industrie. Mais, ce qui arrive à Hollywood change le monde entier. Tout ce que nous voulons dire, c’est qu’ils distribuent tous les jours des premiers rôles à des acteurs sortis complètement de nulle part. Pourquoi ne pas faire percer et donner sa chance à un handicapé ? »

Comme le précise Ruderman, les handicapés représentent en réalité parmi les minorités la communauté la plus grande de la société américaine.

« Aujourd’hui, dans la sphère des médias sociaux, mettez une actrice ou un acteur porteur de handicap dans votre film et regardez ce que ça rapporte. Vous allez vendre une tonne d’entrées aux handicapés… et à tous les autres. », conclue Jay Ruderman.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s