#RomanJeunesse « Helen, la petite fille du silence et de la nuit » (1990) d’Anne MARCHON & Colette CAMIL

Helen-keller-ann-sullivan
Helen Keller, petite fille aveugle, muette et sourde, & Ann Sullivan, son éducatrice sont assises dans un jardin. Photographie prise en 1888, en vacances au Cap Cod (Massachusetts). Ann porte une robe blanche en mousseline et Helen a sur ses genoux une poupée de chiffon.

Après Louis Braille , l’enfant de la nuit de Margaret DAVIDSON, laissez-moi vous présenter une autre figure emblématique dans l’histoire de la déficience visuelle : Helen Keller. C’est avec un très court roman jeunesse, Helen, la petite fille du silence et de la nuit d’Anne MARCHON que je vais vous présenter son parcours extraordinaire qui a amené cette petite fille aveugle, sourde et muette à devenir la première femme aveugle et sourde à obtenir un diplôme aux Etats-Unis en 1904.

Le roman jeunesse 

anne-marchon-helen-keller-petite-fille-nuit-silence-bayard
Couverture du roman Helen, la petite fille du silence et de la nuit d’Anne Marchon dans la collection « Les Belles histoires » (Bayard Jeunesse). Une institutrice en robe verte avec un grand sac de voyage marron est accueillie devant une maison par une petite fille aveugle qui tend ses bras vers elle.

La métaphore de la nuit poursuit indéniablement la figure des aveugles dans la fiction. Avec ce court roman (31 pages, en gros caractères) , l’autrice Anne Marchon ne déroge pas à la règle en associant à la nuit le vécu de la petite fille devenue aveugle à dix-huit mois, suite à une congestion cérébrale. Certain·es y verront un stéréotype, moi plutôt une image simple à retenir pour les jeunes lecteurs qui auront ce roman entre les mains. La  nuit et le silence, comme métaphores respectives de la cécité et de la surdité, ont le mérite d’être parlant pour des enfants qui n’ont pas l’habitude de rencontrer des personnages handicapés dans les livres.

Très rapide à lire et accessible dès 7 ans pour vos enfants ou vos élèves, l’histoire est simple à comprendre et très émouvante. Malgré quelques passages qui tirent le lecteur vers le pathos, cette lecture m’a été très agréable. Le texte d’Anne MARCHON est très beau, avec quelques touches poétiques et les illustrations de Colette CAMIL sont peut-être encore plus intéressantes. Par rapport à celles de Louis Braille, l’enfant de la nuit, vraiment datées, ces illustrations complètent bien le texte et me semblent un bon appui pour la compréhension de l’histoire. 

Helen KELLER & Ann SULLIVAN

Ce roman rend hommage modestement non seulement au parcours exemplaire d’Helen Keller mais aussi à la contribution d’Ann Sullivan dans son éducation, elle-même malvoyante. La jeune éducatrice prend en charge à vingt ans à peine la petite fille à partir de 1887 d’abord dans la maison familiale en Alabama avant de devenir une amie de longue date. Le roman rappelle à juste titre qu’elle était elle aussi aveugle avant de recouvrir en partie la vue grâce à plusieurs opérations. 

IMG_20171102_173334
Elle apprit son nom « Helen » et « papa » et « maman » et « maîtresse ». Et quand Helen tapa le mot « papa » dans la main de son papa, il pleura de joie. C’était formidable ! L’Illustration montre Helen et Ann Sullivan en pleine leçon. Le mot papa est transcrit en alphabet dactylologique où un signe de la main représente respectivement la lettre p et la lettre a. 

Ann Sullivan était une femme remarquable quant à ses méthodes pédagogiques. Faute de pouvoir communiquer et d’exprimer ses émotions, Helen Keller était à l’âge de sept ans plus ou moins laissée à elle-même avant l’intervention d’Ann Sullivan. Elle réussit d’abord à la discipliner en l’isolant lors de leurs leçons dans une grange afin de la calmer. Ensuite, elle lui apprit à communiquer d’abord à l’aide de l’alphabet dactylologique en lui présentant des objets et en lui épelant des mots au creux de la paume.

Helen Keller se familiarisa ensuite avec le braille pour lire et écrire et avec la langue des signes. Elle arriva même à développer en partie sa voix, étant passionnée de musique. Le roman fait allusion très rapidement à la vie d’adulte d’Helen Keller : diplômée de l’université de Radcliffe College (Massachusetts), une première depuis son aînée Laura Bridgman, elle-même aveugle et sourde, elle voyagea beaucoup et s’engagea pour faire connaitre et améliorer les conditions de vie des aveugles et des sourds et malentendants en fondant en 1915 la Fondation Helen Keller International (HKI) pour des actions de prévention sur la cécité et la malnutrition. Elle s’engagea aussi pour la cause socialiste, féministe et pacifiste au moment de la Première guerre mondiale. Une femme remarquable, en somme. 

Pour aller plus loin

Une fois cette lecture achevée, on peut rester un peu sur sa faim. Qu’à cela ne tienne, il existe plusieurs autres lectures ou visionnages qui pourront compléter celle-ci.

  • Helen Keller a écrit sa propre autobiographie Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie (8€65 chez Payot Rivages), qui a inspiré plusieurs films dont le plus célèbre Miracle en Alabama (1962) d’Arthur Penn. Son autobiographie est disponible ici sur la plateforme Eole de la Médiathèque Valentin HAÜY en téléchargement pour toute personne en situation de handicap inscrite dans leur fichier. Pour s’inscrire, suivez ce lien.
  • A partir du cycle 3 et au collège, je vous conseille deux lectures : le roman La Métamorphose d’Helen Keller de Margaret Davidson (au prix de 8€90 chez Gallimard Jeunesse – Folio Cadet) et la bande-dessinée Annie Sullivan & Helen Keller de Joseph Lambert et Sidonie Van Den Dries (22€ aux éditions Ca et Là).

Pour finir, voici une vidéo étonnante du discours d’Ann Sullivan & Helen Keller en 1925 à la convention internationale des Lions Club dans l’Ohio, une association très active dans les programmes pour la vue. Vibrant témoignage que vous allez regarder !

Voici la vidéo :

En voici une transcription en français (source Lionsclub.org :

Chers Lions et Lioness,

Je suppose que vous connaissez cette légende qui décrit la chance comme une jeune femme capricieuse ne frappant à chaque porte qu’une seule fois. Si la porte tarde à s’ouvrir, la jeune femme passe son chemin, pour ne jamais revenir. C’est ainsi. Les femmes les plus charmantes n’attendent pas. Vous devez agir vite pour ne pas les laisser filer.

Je suis votre chance. Je frappe à votre porte. Je veux être adoptée. La légende n’explique pas ce que vous devez faire si plusieurs belles occasions se présentent à la même porte. J’imagine que vous devez choisir celle qui vous plaît le plus. J’espère que vous allez m’adopter. Je suis la plus jeune ici et ce que j’ai à vous offrir regorge d’occasions de vous illustrer par vos actions.

La Fondation américaine pour les aveugles n’a que quatre ans d’existence. Elle a été créée en réponse aux besoins urgents des aveugles, qui en sont eux-mêmes les instigateurs. Sa portée et son importance sont nationales et internationales. Elle incarne les pensées les plus généreuses et les plus éclairées que nous ayons jamais inspirées. Sa mission est de valoriser les personnes aveugles dans nos sociétés, en leur apportant une nouvelle valeur économique et en leur offrant la satisfaction d’une activité normale.

Essayez d’imaginer ce que vous éprouveriez si vous étiez soudainement frappé de cécité. Voyez-vous trébucher et avancer à tâtons en plein jour comme s’il faisait nuit, forcés de renoncer à votre travail et à votre indépendance. Dans cette obscurité, ne seriez-vous pas heureux qu’un ami vous prenne par la main en vous disant : « Viens avec moi et je t’apprendrai à faire certaines choses que tu avais l’habitude de faire quand tu pouvais voir » ? C’est précisément le genre d’ami que la Fondation américaine deviendra pour tous les aveugles de ce pays, si les personnes voyantes lui apportent le soutien dont elle a besoin.

Vous connaissez mon histoire : comment quelques mots transmis par les doigts d’un autre, un rayon de lumière d’une autre âme, ont percé l’obscurité de mon esprit et m’ont permis de me découvrir, de découvrir le monde et Dieu. Grâce à mon institutrice, qui a appris à me connaître pour me libérer de cette prison sombre et silencieuse dans laquelle j’étais murée, je suis désormais capable d’agir pour moi-même et pour les autres. C’est d’attention, plus que d’argent, dont nous avons besoin. Sans la sympathie et l’attention, le geste est vide. Si vous vous sentez sincèrement concernés, si nous pouvons faire en sorte que les citoyens de ce grand pays s’impliquent réellement, les aveugles pourront triompher de leur cécité.

Je m’adresse à vous, Lions, pour vous offrir l’occasion d’agir, en encourageant et en soutenant le travail de la Fondation américaine pour les aveugles. Aidez-moi à avancer vers ce jour où la cécité évitable sera éradiquée, où chaque enfant sourd ou aveugle bénéficiera d’une éducation digne et où aucun aveugle, homme ou femme, ne sera laissé sans assistance. J’en fais appel à vous, Lions, qui voyez, qui entendez, avec toute votre force, votre courage et votre bienveillance. Devenez les Chevaliers des aveugles dans la croisade contre les ténèbres.

Je vous remercie.

Vous pouvez suivre ECOUTE & BRAILLE sur Facebook et sur Twitter pour connaitre toute l’actualité sur la culture accessible aux déficients visuels à Lyon, dans la Métropole de Lyon et en Auvergne Rhône-Alpes.

 

#RomanJeunesse « Louis Braille : l’enfant de la nuit » (1971) de Margaret DAVIDSON

IMG_20170917_163722
Plaque de la « rue Louis Braille. Professeur. (1805-1852) » à Villeurbanne (Rhône)

Louis Braille, c’est un peu une rock star chez les déficients visuels  et toutes celles et ceux qui sont sensibilisés aux questions d’accessibilité culturelle les concernant. En inventant le « braille », un système universel d’écriture, composé d’une cellule de six points saillants transcrivant l’alphabet français mais aussi la syntaxe, c’est tout un monde qui s’est ouvert aux aveugles au XIXème siècle. Ils leur était désormais possible non seulement de lire mais surtout d’écrire, de communiquer entre eux et d’accéder, enfin, à une bibliothèque digne de ce nom d’ouvrages adaptés à lire du bout des doigts.

Un roman jeunesse sur la vie de Louis BRAILLE.

louis-braille-margaret-davidson-gallimard-
Couverture du roman

Louis Braille : l’enfant de la nuit de Margaret DAVIDSON, illustré par André DAHAN, est un roman biographique pour la jeunesse qui retrace la vie de Louis Braille de sa perte de vue à l’âge de 3 ans (suite à un accident dans l’atelier de son père) à sa mort, le 6 janvier 1852.  Même si le style d’écriture et les illustrations datent un peu, ce roman reste très abordable pour le jeune public  afin de connaitre une figure aussi emblématique que Louis Braille. Cela reste une ressource pédagogique intéressante pour les enseignant·es qui souhaitent sensibiliser leurs élèves en Enseignement Moral et Civique à la question de la différence en abordant la vie exemplaire de Louis Braille.

Ce roman est destiné à des enfants ou des élèves déjà bien engagés dans la lecture. Ce thème de la lecture traverse d’ailleurs toute l’intrigue puisqu’on suit le parcours de Louis Braille justement pour pouvoir lire et écrire comme tous les autres enfants. De son école de campagne à Coupvray (Seine-et-Marne) à l’Institut des Jeunes Aveugles créé par Valentin HAÜY (aujourd’hui connu comme l’INJA) et où il a lui-même  enseigné en tant que répétiteur et professeur de musique, rendre accessible la lecture et l’écriture aux aveugles devient une réelle mission pour lui.

Lire et écrire au XIXème siècle quand on est aveugle

Statue_de_Valentin_Haüy-inja
Statue de Valentin HAUY à l’Institut des Jeunes Aveugles. Debout, la tette penchée, il regarde un jeune écolier aveugle assis tendrement à ses pieds.

Avant l’invention du braille, les déficients visuels n’avaient qu’un accès très limité à la culture. Quand Louis a été scolarisé à l’Institut, la méthode des lettres en relief linéaire était appliquée depuis Valentin Haüy pour apprendre à lire aux jeunes aveugles. Les lettres étaient tissées sur du papier épais ce qui rendait la confection des livres très onéreuse et les donations indispensables pour constituer la bibliothèque de l’Institut. Très vite, Louis Braille a pris conscience de l’insuffisance de cette méthode. Si certaines lettres restent faciles à identifier du bout des doigts, certaines lettres comme le O, le Q ou le C pouvaient se confondre.

Peu économique et peu pratique, ce système de lettres en relief a rapidement été supplantée par « l’écriture nocturne » ou « sonographie »de l’officier Charles Barbier de la Serre. Initialement prévu pour l’armée afin de rédiger dans l’obscurité des messages codés à l’aide de points en relief, ce système permettait de transcrire des sons (les phonèmes) et non l’alphabet (les graphèmes). 

Seul inconvénient : impossible de transcrire les règles de ponctuation, la syntaxe et les majuscules, indispensables à l’écriture de livres. Louis Braille entreprit malgré les réticences de Barbier à simplifier cette méthode pour un usage plus large et plus complet. Si ce système suit une règle phonétique, Louis Braille propose d’en faire un code alphabétique et orthographique capable de transcrire les règles de ponctuation élémentaires. L’écriture musicale, domaine très important dans les apprentissages des aveugles à l’Institut, est elle aussi rendue accessible en points saillants.

Une invention difficilement acceptée par la société 

L’invention de Louis a eu du mal à convaincre l’opinion et particulièrement à l’Institut, notamment parce que le changement de méthode demandait aussi de réimprimer les ouvrages déjà adaptés et forts coûteux. De 1829 (date à laquelle Louis Braille rédigea « l’acte de naissance » du braille en exposant sa méthode dans un traité) , il a fallu attendre une vingtaine d’années pour que le braille soit officiellement reconnu en France. Le roman illustre assez bien cette transition difficile qu’a connu Louis Braille avant que son travail ne soit plébiscité. La figure de Dr Dufau, qui remplaça le Dr Pignier à la tête de l’Institut, en est l’une des raisons puisqu’il alla jusqu’à interdire l’usage du braille dans l’établissement au point de brûler tous les livres qui avaient été imprimés par Louis Braille lui-même. Les élèves continuaient à l’utiliser mais de manière clandestine dans les dortoirs pour communiquer entre eux.

1840_raphigraph-braille
Le raphigraphe, une machine à écrire inventée en 1841 pour les aveugles. D’abord nommé « planche à pistons », le raphigraphe était constitué de dix pointes à ressort permettant de tracer des lettres en relief et, précurseur des imprimantes à aiguilles, il fut utilisé pendant plus de 50 ans avant que l’arrivée des machines à écrire spécialisées ne le détrône

Le roman se termine par la démonstration publique du système à l’Institut au moment de l’inauguration du nouveau bâtiment de l’école. Cet aboutissement sonne aussi les dernières années de la vie de Louis Braille, affaibli par la tuberculose. La fin reste optimiste puisque le roman se termine sur l’héritage de Louis Braille. L’invention d’une machine à imprimer le braille (en 1847) ou encore l’usage de plus en plus répandu du braille comme dans la première école américaine pour aveugles en 1858. Depuis, sa mort en 1852, les cendres de Louis Braille ont rejoint le Panthéon en 1950 en présence de nombreux aveugles, dont Helen Keller, 

Seules les mains de Louis Braille demeurent à Coupvray dans la tombe où il a été inhumé en 1852. Cette anecdote n’est pas racontée dans le roman peut-être afin de laisser une image glorieuse de Louis Braille au Panthéon pour les jeunes lecteurs.

Louis Braille : l’enfant de la nuit reste une lecture très  agréable pour le jeune public mais aussi pour les adultes. Je ne connaissais que vaguement l’histoire de Louis Braille et je dois dire que grâce à Margaret Davidson, j’ai appris beaucoup de choses sur la vie des aveugles au XIXème siècle et dans quelles conditions les aveugles pouvaient être scolarisés à l’époque.

Une belle lecture que je recommande grandement pour toutes et tous.

Où trouver ce roman ?

louis-braille-enfant-nuit-gallimard

Louis Braille : l’enfant de la nuit de Margaret DAVIDSON. Chez Gallimard, collection « Folio Cadet ».

Nombres de pages : 112 pages.

Dès 8 ans.

Disponible dans votre librairie ou sur Amazon au prix de 8€90.

Disponible sur Éole, la bibliothèque numérique en ligne de l’AVH ici (cliquer sur l’hyperlien).

 

 

#Audiodescription « I-A » de David Mambouch, Olivier Borle & Le Théâtre Oblique (Théâtre des Clochards Célestes)

i-a-theatre-oblique
Les lettres blanches I-A en gros caractères se détachent sur un fond noir et blanc où le texte du début de la pièce de David Mambouch est écrit.

Walk Out. Marcher dehors. Sortir de là. S’en sortir.

Jouer sur les mots et la langue, je crois que c’est la seule certitude non artificielle qu’un spectateur pourra décemment exprimer sur le texte de David MambouchI-A, mis en scène avec une infinie précision par Olivier Borle pour le Théâtre des Clochards Célestes en étroite collaboration avec Le Théâtre Oblique, « compagnie associée » cette saison.

I-A est le fruit d’une commande et franchement, le résultat est d’une telle finesse à la David Lynch qu’on peine à croire comment tout tient debout. En quête de sens, j’aurai aimé pouvoir comparer cette pièce avec Premiers pas : Walk Out, autre collaboration entre les deux hommes au TNP en 2013 et qui, d’après ce qu’Olivier Borle a pu nous confirmer avant la représentation, en est à la fois le point de départ et plus rien de semblable. Seule reste cette expression « walk out » dans le texte, scandée par la bluffante Jessica Jagnot qui tient le rôle titre d’Amina et l’étrange médecin/figure paternelle que joue Clément Carabédian. Dans un question réponse tragi-comique, ces deux-là ont repris les paroles de Suspicious Mind d’Elvis Presley, espèce d’hymne presque avoué de la pièce

jessica-jagnot-i-a-olivier-borle
Une femme tourne la tête vers la droite. Elle porte une blouse bleue d’hôpital, une coiffe plastifiée et un masque à oxygène pendu au cou. Au second plan,, assis dans la pénombre, un médecin la regarde au travers de ses lunettes. Il porte un costume -cravate sous sa blouse et tient un carnet rouge. (Crédits photo : Stéphane Rouaud)

Même après une bonne nuit de sommeil et l’esprit reposé, difficile d’identifier Amina. Tantôt femme, enfant, marionnette ou bombe (sexuelle) à retardement, je ne sais pas qui elle est et c’est très bien comme ça. Je sais pourtant ce qu’elle n’est pas : une « intelligence artificielle ».

Ça, jamais.

Je m’explique.

Sa parole a beau l’air à la fois programmée et erratique, son parcours de vie fragmentaire, ses actions désordonnées, ce personnage a un vrai charisme, une chair à elle. Jessica Jagnot en a tout le mérite et ça n’a rien à voir avec les quelques moments où on la voit pratiquement ou entièrement nue sur scène. Inutile de s’offusquer. Ça participe au réalisme et aux effets de réel minces mais bien présents de la pièce, pourtant marquée par le genre de la science-fiction.

Ce texte m’a donné à voir des moments crus et violents, sans aucune artificialité et à la fois mis en scène de telle sorte que l’illusion est parfaite et que la violence est d’emblée mise à distance. On est complices de cette folie douce qui parcourt toute la pièce. Quand Amina/Jessica Jagnot apparaît comme dans un flash sur scène, recouverte d’aune fine couche d’argile pour couvrir sa nudité, c’est violent et à la fois extrêmement captivant. La manière dont son corps a pu être ballotté de sa position initiale (une vieille chaise) à une baignoire où des silhouettes étranges l’ont porté pour la laver comme une poupée de chiffon ou un mannequin de modiste fait partie des grandes images que ma mémoire n’oubliera pas. La tendresse du dénouement entre Amina et Aiman (Agnès Potié), deux facettes d’une même personne (peut-être) comme le suggère l’anagramme, en est une autre.

audiodescription-i-a-théâtre-clochards-célestes-olivier-borle
Trois spectateurs, vus de dos, portent un casque pour entendre l’audiodescription de la pièce sur le point de commencer. Au fond, on aperçoit le décor : des chaises, une baignoire vintage en émail verte à l’extérieur, blanche à intérieur et une petite étagère industrielle où plusieurs objets sont posés : un verre, une boite de médicaments, un panier avec des habits à l’intérieur, une couverture et une radio.

Par contre, si cette représentation s’est avérée une expérience unique pour moi, c’est aussi grâce à un autre texte et une autre voix : celle de Fany Buy, l’audiodescriptrice d’I-A qui a accompagné le jeu des deux comédiennes et des trois comédiens : Jessica Jagnot, Agnès Potié, Clément Carabédian, Louis Dulac & Sven Narbonne. C’était une première pour nous au théâtre, plutôt habitués à l’audiodescription au cinéma et Fany a été remarquable. Pour les quatre déficients visuels présents dans le public le 25 octobre, I-A aurait été incompréhensible sans elle. Toutes les pièces n’ont pas besoin d’AD pour être accessibles à un public aveugle ou malvoyant et je vous en avais suggérées quelques unes au Théâtre des Clochards Célestes ici notamment. Mais pour le coup, le travail de Fany sert au texte très abrupt de David Mambouch et à la mise en scène extrêmement visuelle, stylisée et chorégraphiée d’Olivier Borle. Pour avoir eu un casque sur les oreilles, ainsi plongée dans la quasi même expérience que Flavian, Pascal, Christian & une dame à qui je n’ai pas été présentée, j’ai vraiment apprécié ce moment théâtral. On est totalement immergé, l’attention doit être constante et on apprécie d’autant plus l‘espace scénographique magnifié par le son et la lumière, signés respectivement par Louis Dulac, alias George sur scène, et Stéphane Rouaud. Le jeu des comédiens était d’autant plus tangible et émouvant que tout le reste faisait sens.

Autre privilège : avoir pu assisté à la découverte tactile du plateau et à la rencontre de tous les comédiens et du metteur en scène qui ont pu dire quelques mots, se présenter et mettre une voix sur un personnage. C’était très enrichissant et sympathique et je remercie toute l’équipe du théâtre, y compris Louise Vignaud, la directrice des lieux, extrêmement accessible et Charlotte Thouilleux, chargée de l’accueil, adorable de gentillesse. Tout le monde a été très disponible et chaleureusement ouverts. Aller au théâtre, c’est une expérience humaine avant tout  et je crois que nous étions en plein dedans.

Walk out, c’est donc peut aussi sortir d’un théâtre pour aller de l’avant, vers une certaine humanité qu’on a choisi de vivre pleinement, sans suspicion. N’est-ce pas, Amina ?

i-a-théâtre-oblique-clochards-celestes-borle-mambouchI-A de David Mambouch / Olivier Borle / Le Théâtre Oblique se joue jusqu’au samedi 28 octobre à 19h30 (vendredi) et 16h30 (samedi) au Théâtre des Clochards Célestes (51 rue des Tables Claudiennes près de l’arrêt de métro Croix-Paquet).

Tarifs : 9€/12€. 

Et ne ratez pas la bonne bière ambrée, nouveauté au bar du Théâtre pour un moment hautement convivial !

L’audiodescription débarque au Théâtre des Clochards Célestes

 

clochards celestes
Façade du Théâtre des Clochards Célestes. Crédits photo : Alexandra Bourdin. 

Vendredi dernier, nous étions nombreuses et nombreux au Théâtre des Clochards Célestes pour la présentation du programme de la saison 2017-2018 animée par Louise Vignaud, jeune metteure en scène et nouvellement installée à la direction artistique des lieux. Ce petit théâtre, lové sur les pentes de la Croix-Rousse, à deux pas de la place Chardonnet, a fait peau neuve, quittant ses anciens oripeaux rouges pour arborer désormais un bleu roi moderne et électrique sur sa façade, dans le hall et à l’intérieur de la salle de spectacle. Bravo à l’équipe et aux compagnies associées qui ont participé activement à sa rénovation ! J’avais visité le Théâtre des Clochards Célestes en 2014 pour les Journées européennes du Patrimoine et j’avais déjà été conquise par ce lieu, sa programmation et surtout l’accueil très chaleureux de l’équipe.

Trois ans après, rien n’a changé à part la couleur des murs. Il faut dire que Louise Vignaud a insisté lors de son discours sur sa volonté de rendre ce théâtre le plus ouvert et le plus accessible possible et d’en faire une sorte de lieu de vie et de partage « comme une maison à construire » avec et pour les visiteurs du théâtre pour reprendre ses mots dans son édito (à lire ici dans son intégralité sur le site des Clochards Célestes). Une permanence est prévue à partir de 16h pour accueillir plus facilement le public. Des rendez-vous tous les dimanches soirs à 19h seront programmés, laissant libre cours à la parole et à l’échange : scènes ouvertes de slam du Cercle des Poètes à la Rue, revues de presse théâtrale et humoristique par la Cie La Grenade, poésie avec la compagnie La Grande Nulle Part ou encore lectures de cabaret des compagnies associées…

Un lieu et un programme attrayant donc, d’autant plus que, pour sa première saison, le Théâtre des Clochards Célestes propose trois pièces en audiodescription, rejoignant ainsi le Théâtre des Célestins, le Théâtre de la Croix-Rousse, le Théâtre National Populaire (TNP) à Villeurbanne et le Théâtre de Bourg-en-Bresse parmi les salles de théâtre équipées ! Sachez d’ailleurs que j’ai pris le temps de répertorier pour plus de facilité toute la programmation théâtrale en audiodescription de la saison 2017-2018 autour de Lyon, consultable à cette page

Autant dire que je n’ai pas eu l’impression de perdre ma soirée ! J’ai eu la chance d’ailleurs de rencontrer le comédien et metteur en scène Olivier Borle de la compagnie Le Théâtre Oblique, engagé avec sa compagne pour rendre accessible leur pratique théâtrale aux déficients visuels. J’ai été ravie de discuter avec lui et je le remercie encore du temps qu’il m’a accordé. Très humain et passionné, j’ai vraiment hâte de découvrir I.A, la pièce qu’il a mis en scène, retranscrite en direct en audiodescription pour le public concerné le 25 octobre prochain à 19h30. L’histoire me plait, celle du trouble des identités et des repères où, après un accident, une femme, Amina, se prend pour un programme informatique et laissera surement en plein trouble le spectateur.

En écoutant Louise Vignaud, en plus des trois pièces audio-décrites, j’ai repéré plusieurs pièces dans la brochure que je recommanderai à un spectateur aveugle ou malvoyant alors même qu’aucune audiodescription n’est proposée.  Il s’agit principalement de solos ou de duos sur scène pour autant le jeune public que pour un public plus adulte ainsi que de moments de parole libre comme le slam. Il s’agit d’une sélection purement personnelle et qui ne vaut qu’à titre indicatif mais la scénographie épurée de ces pièces devrait les rendre adaptées à un public moins stimulé visuellement que les autres.

Place au programme ! J’espère qu’il vous sera utile et qu’il vous donnera envie de découvrir ou redécouvrir ce théâtre que j’adore.

clochards celestes saison 17 18
Affiche de la saison 2017-2018. Crédits photo : Tumulte & Théâtre des Clochards Célestes.

Le Théâtre des Clochards Célestes

Accès : 51 rue des Tables Claudiennes à proximité de la place Chardonnet (Métro A, arrêt Hôtel de ville / Métro C , arrêt Croix-Paquet ou Croix-Rousse)

Programme en audiodescription. 

  • Le mercredi 25 octobre 2017 à 19h30 en audiodescription.

I.A, une pièce de David Mambouch, jouée par la Cie Le Théâtre Oblique. À partir de 15 ans. Durée estimée : 1h30

Avec Clément Carabédian, Louis Dulac, Jessica Jargot, Sven Narbonne et Agnès Potié.Mise en scène : Olivier Borle. Scénographie : Benjamin Lebreton. Lumières : Stéphane Rouaud.

  • Le 20 décembre 2017 à 19h30 en audiodescription. Sélection Jeune Public.

Orphée et Eurydice. un texte de C.W. Gluck, joué par La Dôze Compagnie. A partir de 8 ans.

Durée : 1h. Avec Johan Boutin, Luca Fiorello, Lucile Marianne, Savannah Roll, Simon Teissier et Tom George (au piano). Mise en scène : Alex Crestey et Emilie Bailly (assistante à la mise en scène). Scénographie : Camille Bouvier
Costumes : Eloïse Simonis. Lumières : Valentin Paul

  • Le mercredi 11 avril 2018 à 19h30 en audiodescription.

Trankillizr, un texte d’Adrien Cornaggia, interprété par le Collectif la Onzième. A partir de 15 ans. 

Durée estimée : 1h30  Avec Olivier Borle, Pauline Coffre, Charlotte Fermand, Sébastien Mortamet et Thibaud Vincent (distribution en cours). Mise en scène : Sven Narbonne.

Spectacles conseillés : 

A la lecture du programme, je vous propose une sélection de pièces qui me semblent faciles d’accès pour un public déficient visuel sans recouvrir à l’audiodescription.

Sélection Seul sur scène

  • Du 29 novembre au 2 décembre 2017 : Sur le carreau (cliquez sur le titre pour en savoir plus)

Un texte de Sebastien Joanniez, mis en scène par Maia Jarville. Avec Louka Petit-Taborelli de la Cie La Ligne. Durée : 1h. Représentations tous les jours à 19h30, samedi et dimanche à 16h30.

A la découverte de l’héritage minier d’Ardèche.

Rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation : jeudi 30 novembre 2017

  • Du 21 au 25 mars 2018 : diptyque Mémento occitan avec Nelly Pulicani et Cent mètres papillon avec Maxime Taffanel mis en scène par Nelly Pulicani. 

Durée : 1h45 avec entracte. Dès 15 ans. Représentations tous les jours à 19h30, samedi et dimanche à 16h30. Rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation : jeudi 22 mars 2018

Déclaration d’amour à la langue occitane et au corps d’athlète devenu corps de scène. Pour en savoir plus, suivez cette page.

  • Du 16 au 26 mai 2018 : diptyque Ventre avec Pauline Coffre et Le Quai de Ouistreham d’après Florence Aubenas avec Magali Bonat.

Ventre est mis en scène par Ewen Crovella et Maxime Mansion de la Cie En acte(s) et Le Quai de Ouistreham par Louise Vignaud. Plus d’infos sur le site du théâtre ici

Durée : 2h avec entracte. En représentation tous les jours à 19h30, samedi et dimanche à 16h30, relâche les 20, 21, 22 mai. Rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation : jeudi 24 mai 2018

Sélection Seul sur scène & Jeune Public

  • Du 24 janvier au 3 février 2018 : La fille qui parle à la mer (Sélection Jeune public)

Du collectif Hybris avec Marine Béhar d’après une mise en scène de Romain Christopher Blanchard.

A partir de 7 ans.

Durée : 45 min.

Représentations tous les jours à 19h30, samedi et dimanche à 16h30, relâche le mardi.

  • Du 6 au 16 juin 2018 : Et si cette nuit de et avec Alice Bernard. (Sélection Jeune Public, dès 1 an).

Durée : 30 min. Attention, cette pièce est jouée en salle de répétition tous les jours à 10h30 et 14h30. Samedi et dimanche à 10h30 et 16h, relâche le mardi

Sélection Duos sur scène  :

  • Du 15 au 25 novembre 2017 : Le K.O d’Ali

Ecrit et joué par Alexis Jebelle, accompagnée d’Elvire Jouve à la batterie. Mis en scène et lumière par Stéphane Daublain de la Compagnie du Béotien. Durée : 1h. Représentations tous les jours à 19h30, samedi et dimanche à 16h30, relâche le mardi

Lire le résumé en cliquant ici.

Autour du spectacle, trois lectures proposées des prochaines créations de la compagnie Le Béotien :

  • Adélaïde et René d’Alexis Jebeile, vendredi 17 novembre 2017 à 18h.
  • Lettres d’amour à Staline de Juan Mayorga, mercredi 22 novembre 2017 à 18h.
  • Rêve d’automne de Jon Fosse, jeudi 23 novembre 2017 à 18h.
  • Un concert du trio rock basse batterie, Oginosamedi 25 novembre après la représentation.

Rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation : jeudi 23 novembre 2017
Représentations scolaires sur demande

Poésie / Slam

  • Du 27 juin au 2 juillet 2018 : Le Cercle des Poètes à la rue

Avec les slameurs et slameuses Hugo, Slamouraï, Nos, Léo, Gyslain, Grisppal, Phosphore, Coppélia, Kevin et Lexa.

Si le Théâtre des Clochards Célestes accueille ce collectif lyonnais de slameurs un dimanche par mois toute la saison, cette semaine de juin leur est dédiée. En après-midi, ateliers d’écriture et de mise en voix. En soirées, concert, scènes ouvertes et la représentation de leur tout premier spectacle. 

 

Laissez-vous donc tenter par du théâtre en audiodescription et adapté aux déficients visuels !

 

Profitez des Journées du Matrimoine à Lyon et Villeurbanne les 15/16/17 septembre.

journées-matrimoine-lyon--hf-auvergne(rhone-alpes
L’affiche officielle des 2e Journées du Matrimoine. HF Auvergne Rhône-Alpes présente « Les Journées du Matrimoine : notre héritage culturel au féminin » les 15, 16 et 17 septembre à Montluçon, Rosières, Meythet-Annecy. La-Tour-du-Pin, Saint-Cyr-sur-Menthon et Lyon. L’affiche rouge est dominée en haut de l’image par deux figures de super-héroïnes sur fond vert.

Dans une semaine, la culture et le patrimoine vont être mis à l’honneur avec les 34ème Journées Européennes du Patrimoine dont vous pouvez d’ores et déjà découvrir le programme ici. L’accessibilité culturelle n’est pas en reste puisque plusieurs événements sont labellisés dans le moteur de recherche accessibles pour les déficients visuels et pour le public en situation de handicap en général (cliquez sur « plus de critères » dans le moteur de recherche en bas de page pour y accéder).

Mais le patrimoine, qu’est-ce que c’est au juste ? Et l’Histoire des femmes dans tout ça ? Pour la deuxième année consécutive, HF Auvergne Rhône-Alpes (une association qui milite pour une représentation plus égalitaire des hommes et des femmes chez les professionnels de la culture et les programmations culturelles) organise en marge de l’événement européen Les Journées du Matrimoine pour promouvoir la mémoire et l’héritage culturel au féminin en Auvergne Rhône-Alpes. Autant dire que d’autres régions sont aussi concernées : avis aux Parisiens et Grand-Parisiens qui pourront eux-aussi participer à cet événement grâce à un programme tout aussi intéressant grâce à HF Île de France et Osez le féminisme !.

Je me reconnais dans ce combat et en feuilletant le programme, je me suis posée cette question : cet événement est-il accessible aux déficients visuels ? Ma réponse est oui, en grande partie. J’ai choisi de vous présenter plusieurs manifestations qui me semblent convenir à un public déficient visuel parce que la voix ou la parole sont valorisés ou qu’une visite guidée est proposée. Attention, cela reste un programme recommandé : pas de moyens techniques d’adaptation comme l’audiodescription, donc, mais des conférences, du théâtre de rue, des monologues et de la musique qui me semblent plus faciles à apprécier pour un public non ou peu stimulé visuellement. Le mieux est de se déplacer et d’aller à la rencontre des artistes pour en juger.

Place au programme ! J’ai privilégié les événements à Lyon et Villeurbanne mais sachez qu’une programmation simple d’accès attendent les habitants de Montluçon, de Rosières (en Haute-Loire), de La Tour-du-Pin (en Isère) et de St-Cyr-sur-Menthon dans l’Ain. Je partagerai ces événements sur ma page Facebook et sur Twitter.

Venez nombreuses et nombreux !

LYON 

Vendredi 15 septembre

Conférence

femmes_de_lyon-larhra-cnrs
Couverture du livre Femmes de Lyon. Tous droits réservés.

« Les Lyonnaises au travail de l’Antiquité à nos jours ». 

Série de courtes conférences pour la soirée d’ouverture des 2e Journées du Matrimoine organisées par HF Auvergne Rhône Alpes.

Réservation : 04 78 42 03 61 ou en remplissant ce formulaire. (Entrée à 3€)

Lieu : Petit Théâtre du Musée Gadagne (1 place du Petit Collège).

Accès : Métro D, arrêt  » Vieux Lyon ».

Accès aux personnes à mobilité réduite : 14 rue de Gadagne.

Avec les historiennes Bernadette Angleraud, Anouk Delaigue, Isabelle Doré-Rivé, Fanny Giraudier et l’historien André Pelletier, autrices et auteur de l’ouvrage Femmes de Lyon (Editions lyonnaises d’Art et d’Histoire).
En présence de l’éditrice Corinne Poirieux, de la fondatrice de UniQ en son genre, de la chargée de développement Profession’L Lyon Vinciane Mouronvalle-Chareille, des comédiennes Frida Morrone et Maïté Cussey.
Avec la participation de Thérèse Rabatel, Adjointe au Maire de Lyon, déléguée à l’égalité femmes-hommes et aux personnes en situation de handicap.

Samedi 16 septembre

Théâtre de rue

molière-george-sand-théâtre-ishtar-lyonjournées-patrimoine-matrimoine
Description de l’affiche. Le Théâtre Ishtar présente Molière, une pièce de George Sand. Au centre, un portrait de Molière occupe la presque intégralité de l’affiche. Le coté gauche de son visage est croisé avec celui de George Sand dans une bulle bleutée. Les deux figures ne font qu’une.

A 15h – Molière de George Sand (extrait de la 1ère partie) par la Cie Théâtre Ishtar

Avec Ariane Chalambos, Salomé Chabouzy, Maïté Cussey et Ulysse Mineo.

Lieu du spectacle : Montée du Jardin de la Grande Côte

Accès : Métro A – arrêt « Croix-Rousse ». Accès à pied depuis la rue des Pierres Plantées.

Durée : 40 min. Entrée libre.

Découvrez une pièce méconnue de George Sand qui romance quelques épisodes clés de la vie de Jean-Baptiste Poquelin alias Molière et des femmes qui ont marqué sa vie, Madeleine et Armande Béjart ! Dépoussiérage du mythe de Molière garanti !

Dimanche 17 septembre

 Théâtre & Improvisation

Fresque-lyonnais-Louise-Labé-Maurice-Scève
Détail de la Fresque des Lyonnais. Sur un balcon, la poétesse Louise Labé et le poète Maurice Scève discutent, une plume et une feuille de papier dans la main

A 17h – Briser le plafond de verre : portraits de femmes, par le THEF.

Lieu du spectacle : Devant la Fresque des Lyonnais (Mur des Lyonnais.e.s) – 2 rue de la Martinière, Lyon 1er.

Accès : Métro A, arrêt « Hotel de Ville Louis Pradel ». Bus C3, arrêt « Terreaux La Feuillée » (direction Gare St Paul)

Durée : 55 min. Entrée libre. Repli possible en cas de pluie

Informations : 06 17 28 30 12.

 

Spectacle théâtral en portraits par le THEF (Organisation pour un théâtre féministe) .Succession de portraits de femmes lyonnaises historiques et contemporaines qui ont fait exploser le plafond de verre. Portraits joués en improvisation dynamique par les interprètes du THEF.

VILLEURBANNE

Dimanche 17 septembre 

Conférence-Spectacle 

si-si-les-femmes-existent-rize-villeurbanne-anne-monteil-bauer
Description de l’affiche. HF Auvergne Rhône-Alpes, Si/Si les femmes existent, Le RIZE et la ville de Villeurbanne présentent la conférence-spectacle « Si, si, les femmes existent ». A droite de l’image, une femme blonde avec un maquillage de clown et des lunettes rondes noires regarde le spectateur avec défi.

A 17h. « Si, si, les femmes existent ! », présentée par l’association du même nom.

Texte et jeu : Anne Monteil-Bauer. 

Lieu : Le Rize – 23 Rue Valentin Hauy à Villeurbanne.

Accès. Bus C26, arrêt « Blanqui – Centre mémoires et société ».

Durée : 1h.

Entrée libre. 

Réservations : 04 37 57 17 17 ou http://lerize.villeurbanne.fr/agenda/

A l’occasion des Journées du Matrimoine, la conférencière est allée fouiller les archives du Rize. Elle rendra hommage à un certain nombre de villeurbannaises comme les toutes premières conseillères municipales Germaine Berlioz, Yvonne Chanu, Louise Durant et Suzanne Larché-Grandclément ou la sculptrice Geneviève Böhmer, disparue en 2016.

Une performance menée tambour battant et casseroles en bandoulière par une conférencière aussi érudite que cocasse. Petite traversée de nos ignorances en matière de femmes remarquables : où il sera question d’inventrices, de peintres, de sculptrices, de scientifiques, de politiques et autres pionnières !

En complément de ce spectacle, sachez qu’une visite guidée du Rize est proposée samedi et dimanche de 15h à 19h en départ continu.

Les 15, 16 et 17 septembre 2017, passez un excellent week-end engagé, accessible et un brin féministe ! 

 

[Semaine du 23 au 29 août] Cinéma en audiodescription (Lyon, Grand Lyon, Grenoble & Roanne)

sofia-coppola-les-proies-remake-nicole-kidman-cannes
Portrait de femmes dans Les Proies de Sofia Coppola. Au premier plan de gauche à droite : Kristen Dunst, Ella Fanning (assise, au milieu) et Nicole Kidman. Au second plan : Emma Howard, Addison Riecke, Dona Laurence et Angourie Rice.

Avec deux jours de retard du traditionnel jour des sorties ciné de la semaine (mais est-ce bien important ? Il faut aussi profiter des bonheurs simples de l’été) , voilà le programme des films diffusés en audiodescription à Lyon, dans la Métropole de Lyon (Villeurbanne, Vénissieux et St Priest cette semaine), à Grenoble et à Roanne.

En attendant mon avis de Valérian que nous avons vu au cinéma Gérard Philipe à Vénissieux après moults difficultés pour trouver une séance en audiodescription à Lyon (même avec l’application Twavox (lire mon article), la faute aux distributeurs…), je ne peux vous conseiller de tenter votre chance cette semaine avec Les Proies de Sofia Coppola, le remake d’un film de Clint Eastwood (1971), visiblement plus gore vu la bande-annonce (à regarder juste ci-dessous).

Je ne pourrai pas vous donner un avis sur l’AD des Proies (pas le style de film de Monsieur) mais il est projeté avec l’audiodescription à l’UGC Part Dieu et au Grand Palais à Roanne. ENJOY !

Autre tentation mais qui attendra surement : 120 battements par minute de Robin Campillo, Grand Prix du Festival de Cannes que vous pouvez retrouver à l’UGC Confluence, à l’UGC Astoria (Métro A, arrêt « Massena ») et la semaine prochaine au Zola à Villeurbanne.

Si vous avez des enfants ou si comme moi, le cinéma Jeune Public vous intéresse, ne ratez surtout pas le joli Le Grand Méchant Renard et autres contes au cinéma Lumière Fourmi ce dimanche 27/08 à 15h30. L’occasion de fuir la canicule dans une salle bien climatisée.

Plus d’infos sur l’adresse des salles et le détail des horaires des séances plus bas

Semaine du 23 au 29 août 2017

LYON

PATHÉ BELLECOUR, CARRÉ DE SOIE & VAISE 

Tous les Pathés à Lyon sont équipés du service Twavox. Si vous ne connaissez pas cette application, je vous invite à lire mon article (ouvrir l’hyperlien). Pour connaitre les séances en audiodescription avec Twavox, mieux vaut appeler les cinémas de votre choix pour ne pas se déplacer pour rien.

Contact Pathé Bellecour : 04..72.77.88.88 ou par courriel lyon.exploitation@cinemasgaumont.com

UGC LYON

Attention ! Durant l’été, la page d’accessibilité du site de l’UGC n’est pas actualisée si vous la consultez sur ordinateur. Par contre, sa version mobile via « Infos pratiques » en haut de page est à jour.

UGC Lyon Part-Dieu (Niveau 3)

  • Moi, Moche & Méchant 3
  • Spiderman Homecoming
  • Baby Driver
  • Les As de la Jungle
  • Cars 3
  • La Planètes des singes
  • La Tour sombre
  • Atomic Blonde
  • Bigfoot Junior
  • Overdrive
  • Les Proies.  Séances tous les jours à 11h10, 14h10, 16h10, 18h10, 20h10 et 22h10.
  • Nés en Chine

UGC Cité Internationale 

  • Nés en Chine
  • Grand Méchant Renard
  • Une vie violente
  • Cars 3 + court métrage Lou
  • Les As de la Jungle
  • Moi, Moche & Méchant 3
  • La Planètes des singes
  • Visages, villages
  • Bigfoot Junior
  • Crash Test Aglae

UGC Confluence

  • Ce qui nous lie
  • Moi, moche & Méchant 3
  • Les As de la jungle
  • Sales Gosses
  • Cars 3
  • Bigfoot Junior
  • Ôtez-moi d’un doute
  • 120 battements par minutes. Séances tous les jours à 10h35, 13h20, 16h10, 20h30 et 21h50.

UGC Astoria

  • 120 battements par minute. Séances tous les jours à 11h, 14h, 17h et 20h.
  • Lola Pater

A Lyon, le cinéma Lumière Fourmi diffuse toutes les semaines plusieurs films en audiodescription. 

Accès : 68 Rue Pierre Corneille, 69003 Lyon – Tram T1 « Saxe-Préfecture » ou C3, C9, C13, C14, 27 – arrêt « Saxe/Lafayette ».

  • Visages, Villages. Séances le 25/08 (à 18h05), le 26/08 (à 14h10), le 27/08 (à 13h30), le 28/08 (à 18h50) et le 29/08 (à 16h15).
  • Le Grand Méchant Renard, film d’animation jeune public, est projeté dimanche 27 août à 15h30. Dans le cadre des séances P’tites Fourmiz.

GRAND LYON

A Villeurbanne, le cinéma associatif Le Zola propose une partie de sa programmation en audiodescription. Ce cinéma est équipé du dispositif Twavox pour toutes les séances accessibles.

Accès : 117, cours Emile Zola / Métro A – République Villeurbanne.

Chouquette. Séances en AD et Twavox le 23/08 à 20h45, le 24/08 à 18h30, le 25/08 à 21h et le 27/08 à 20h45.

Cars 3 .Séances en AD et Twavox le 23/08, le 24/08, le 25/08 et le 27/08 à 16h.

A Bron, le cinéma Les Alizés est lui aussi équipé de l’audiodescription.

Accès : 214, avenue Franklin Roosevelt / Tram T2 ou T5 – Arrêt Les Alizés.

Fermé pour l’été du 2 au 29 août. 

A Vénissieux, le cinéma Gérard Philipe projette plusieurs films en audiodescription. Vous pouvez directement accéder à sa page d’accessibilité ici (ouvrir l’hyperlien), actualisée chaque mois.

Accès : 12 avenue Jean-Cagne (Tram T4 : arrêt Division-Leclerc / Bus 12 : arrêt Herriot-Cagne)

A l’affiche cette semaine :

  • La Planète des Singes – Suprématie. Séances tous les jours à 18h et 20h30. Séance le dimanche 27/08 à 18h seulement.
  • Valérian et la cité des mille planètes. Séances les 25/0826/0828/08 et 29/08 à 18h et 20h30. Séance dimanche 27/08 à 18h uniquement. 

*A St-Priest, le cinéma Le Scénario propose parfois sa programmation en audiodescription. 

Accès : place Charles-Ottina (à proximité  Tram T2 arrêt « Saint-Priest Hotel de Ville » ou « Esplanade des arts »).

Tel. 04 72 23 60 40

  • Valérian et la cité des mille planètes. Séances vendredi 25/08, samedi 26/08 et mardi 29/08 à 18h.

A Ecully, le cinéma situé au Centre Culturel inclue à sa programmation des films ne audiodescription. 

Accès : 21 avenue Edouard Aynard. (Bus ligne 19 arrêt « Edouard Aynard »)

Fermeture estivale.

DANS LA RÉGION AUVERGNE RHÔNE-ALPES

A Grenoble, le cinéma Le Club intègre l’audiodescription à sa programmation mensuelle. Le cinéma recommande aux spectateurs de venir muni d’un casque avec prise jack standard. Vous êtes grenoblois ? Cliquez sur le titre du film pour y lire le synopsis et les horaires.

Accès : 9bis Rue du Phalanstère. (A proximité : Tram A ou B arrêt « Alsace-lorraine »)

  • Lola Pater. Séances tous les jours à 13h30, 15h45, 17h45 et 20h20 sauf le dimanche 27/08 à 12h30, 14h45, 16h45 et 19h20.

A Roanne, le cinéma Le Grand Palais propose toute sa programmation en audiodescription. Cliquez sur le lien pour en savoir plus sur les horaires exacts.

Accès : Cours de La République à proximité de la gare de Roanne. 

En avant-première :

Les sorties de la semaine :

  • Les Proies . Séances les 23/08, 24/08, le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Hitman & Bodyguard. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Nés en Chine. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)

Toujours à l’affiche cette semaine : 

  • Atomic Blonde. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Bigfoot Junior. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Overdrive. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Annabelle 2 : La création du Mal. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • La Tour SombreSéances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Rattrapage. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Sleepless Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30).
  • #Pire Soirée. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30).
  • Cars 3. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • La Planète des Singes – Suprématie. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Valérian et la cité des mille planètes. Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30).
  • Dunkerque.  Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Moi, moche et méchant 3 (Jeune public). Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30)
  • Sales Gosses.  Séances le 25/08 (à 18h30), le 26/08 (à 18h30 et 20h30), le 27/08 (à 18h30), le 28/08 (à 20h30) et le 29/08 (à 18h30).

Bonne séance en audiodescription !/

Programme TV en audiodescription du dimanche soir

nicole-kidman-grace-de-monaco-2014
Sur un plan d’ensemble, à gauche de l’image, Grace de Monaco (jouée par Nicole Kidman) se tient sur le balcon d’une loggia, encadré de voilages blancs. Les murs sont roses saumon. Elle porte une robe blanche avec des détails argentés sur le bustier. Elle regarde au loin.

Après quinze jours de pause estivale sur ECOUTE & BRAILLE (d’ailleurs, l’été s’est révélé riche en réflexions sur les soucis d’accessibilité quand on accompagne quelqu’un en situation de handicap – article en préparation), me voilà de retour pour vous présenter le programme TV de ce soir en audiodescription.

Pour les amoureux des comédies so british comme moi, sachez qu’Arte rediffuse en audiodescription, Coup de foudre à Notting Hill avec Hugh Grant & Julia Roberts. C’est un film que j’ai vu et revu donc ça ne sera pas forcément mon premier choix mais, à voir absolument si ce n’est pas déjà fait !

Personnellement, s’il y a un film que je pense regarder ce soir, c’est bien le biopic Grace de Monaco (2014) avec Nicole Kidman, diffusé en fin de soirée à 23h40 sur TF1. Je ne me lasse pas de suivre le parcours de cette actrice surtout quand elle interprète une icone comme Grace Kelly que j’adore. Tant pis pour l’heure tardive !

Autre biopic sur la même chaîne, cette fois à 21h, Cloclo (2012) avec Jérémie Renier sans le rôle titre. Déjà moins tentée mais les fans de la première heure du chanteur populaire devrait être ravis de suivre l’histoire de sa vie légèrement romancé.

Enfin, pour les aficionados des comédies françaises, tournez vous plutôt vers France 2 avec 100 % Cachemire où le personnage de Valérie Lemercier adopte un enfant russe. Choc des cultures assuré ! W9 diffuse quant à elle Le Jeu de la vérité, une adaptation de la pièce de Philippe Lelouche.

Pour ce récapitulatif (et au quotidien), je me suis servie du moteur de recherche des programmes en audiodescription d’Handicapzéro. Toujours une mine d’or en la matière !

J’espère que ce petit point TV en audiodescription vous servira. N’hésitez pas à suivre mon activité sur Twitter et sur Facebook et à donner votre avis sur le ou les films que vous avez envie de regarder ce soir en AD.

Bon film & bon plateau TV en audiodescription !